Nous suivre  |

CMA 2016 : ce que cachent les élections

5 Juil 2016  ●  ,
Les élections aux Chambres de Métiers et de l’Artisanat (CMA) qui se tiendront en octobre prochain auraient pu être un scrutin consulaire traditionnel, comme nous en avons déjà connu dans le passé.

Traditionnel signifiant que les enjeux des urnes sont exclusivement liés aux CMA, à leurs missions, leur gestion, leur influence, leurs liens avec les artisans.

C’est toujours vrai, bien sûr pour les élections 2016 et les candidats qui figurent sur les listes UPA sont totalement déterminés à mener campagne pour que les CMA accompagnent les artisans dans toutes les étapes de leur vie de chef d’entreprise : l’installation, la reprise, la transmission, l’apprentissage, les relations  avec les élus locaux.

Pourtant ces élections revêtent cette année une dimension supplémentaire. De leur issue, dépendra pour partie l’avenir de l’artisanat comme secteur économique indépendant.

Ainsi, le scrutin oppose l’UPA et Artisans de notre avenir -ADNA-, une machine électorale créée pour l’occasion par la CGPME et une partie du MEDEF.

Améliorer la vie des artisans est l’objectif unique de l’UPA depuis sa création. C’est aussi sa première raison d’être même si on l’oublie parfois. C’est pourquoi les engagements et les victoires de l’UPA sont largement rappelés dans cette campagne.

ADNA poursuit d’autres buts en cherchant à s’installer dans les CMA. Le premier est de renforcer la représentativité du MEDEF et de la CGPME dans l’artisanat.

Le deuxième est beaucoup plus préoccupant. Déjà majoritaires dans les Chambres de Commerce et d’Industrie, le MEDEF et la CGPME aspirent, dans un premier temps, à rapprocher CCI et CMA, en mutualisant certains services, sous couvert d’une improbable économie d’échelle. Progressivement c’est la fusion des CCI et des CMA qui est voulue car elle leur permettra de maîtriser totalement l’appareil consulaire, d’accroître leur position hégémonique, et plus grave, aurait pour conséquence de gommer les spécificités du monde artisanal. Là est le véritable enjeu du scrutin du mois d’octobre. La menace est importante mais elle reste méconnue et sous-estimée des artisans eux-mêmes.

Les candidats de l’UPA se trouvent ainsi investis d’une double mission : défendre leur programme pour les CMA et alerter les électeurs sur les véritables objectifs d’ADNA. Toutes informations complémentaires sur la campagne de l’UPA pour les élections aux CMA : www.cma2016.fr.

Centre de préférences de confidentialité

    Google Analytics

    google