Nous suivre  |

Élections CMA : pourquoi il faut voter

19 Sep 2016  ●  ,
Du 1er au 14 octobre 2016 auront lieu les élections aux Chambres de métiers et de l’artisanat – CMA –. Tous les chefs d’entreprise artisanale sont appelés à voter. Les CMA ont la particularité d’être administrées par et pour des artisans. Même s’il s’agit bien d’établissements publics, les CMA sont d’abord et avant tout dirigées par des collègues artisans. Oublier de voter, c’est renier l’importance de détenir un outil dédié aux entreprises artisanales.

Ne pas voter, c’est aussi semer le doute sur l’utilité de ces établissements publics et à terme affaiblir le secteur de l’artisanat. Or, en dépit de certains avis contraires, les Chambres de métiers et de l’artisanat sont utiles.

Elles protègent la qualité artisanale, ainsi que les titres d’artisan et de maître artisan. Avec les organisations professionnelles, elles contribuent à mettre à disposition des consommateurs, des
biens et des services de qualité, garantis par un haut niveau de qualification. Gestionnaires de nombreux CFA, les CMA participent aussi au développement de l’apprentissage. Enfin, elles sont indispensables pour accompagner les porteurs de projet et les chefs d’entreprise au moment de la création ou de la reprise d’une entreprise.

Un taux de participation trop faible à ces élections pourrait conduire les pouvoirs publics à reconsidérer le sort des CMA, avec à la clé une reprise en main directe de ces établissements par la puissance publique, ou encore une fusion des CMA avec les CCI. Dans les deux cas, les artisans perdraient la
maîtrise des CMA, tout en continuant à payer la taxe, et l’indépendance du secteur artisanal serait menacée.

Par ailleurs, ne pas voter, c’est prendre le risque de pénaliser directement les entreprises et les ressortissants de l’artisanat. En effet, qu’elle serait la pérennité des entreprises artisanales si l’on supprimait le stage de préparation à l’installation ? Les résultats montrent que le créateur d’entreprise met davantage de chances de réussite de son côté en bénéficiant de ce stage qui est assuré par les CMA. Et qu’adviendrait-il de la formation des apprentis si la gestion des CFA était peu à peu retirée des
mains des artisans élus des CMA ? Que deviendraient les artisans et commerçants de proximité si les CMA n’étaient plus consultées par les pouvoirs publics locaux sur les questions d’urbanisme
commercial ? Est-on prêt à abandonner l’économie de proximité au profit des grandes surfaces commerciales ?

Alors faites confiance à l’UPA pour améliorer l’efficacité des CMA, pour préserver à la fois l’identité de l’artisanat et l’indépendance de chaque artisan. Votez et faites votez UPA !

Centre de préférences de confidentialité

    Google Analytics

    google